Programme des vols pour l’automne

Veuillez trouver le programme des vols au départ de l’aéroport Pau Pyrénées, incluant les dernières évolutions à date (8 septembre 2020) :

Paris Orlyjusqu’à 3 vols/ jour avec Air France
Paris CDG3 vols / jour avec Air France
Lyon jusqu’à 3 vols / jour avec Air France
Ajaccio 1 vol par semaine tous les samedis avec Air France jusqu’au 26 septembre
Marseille 4 vols par semaine avec Twinjet à partir du 12 octobre
Marrakech 1 vol par semaine avec Air Arabia à partir du 28 octobre

Ce programme est susceptible de modifications , nous vous invitons à vous renseigner auprès des compagnies aériennes ou à vous connecter sur le site www.pau.aeroport.fr 

Reprise des vols quotidiens Air France

La compagnie Air France reprend ses vols quotidiens à partir de Pau vers Roissy et bientôt Orly :

  • reprise du Pau-Orly prévue le 31 août (3 Airbus quotidiens)
  • Pau-Roissy CDG : 3 quotidiens Hop
  • Pau-Lyon : 2 à 3 quotidiens Hop

Ce programme sera ajusté en fonction de la demande réelle.

Le programme hiver (novembre 2020 – mars 2021) sera déterminé courant août et pourrait être proche de celui de septembre-octobre 2020

Le retrait de Hop de la plateforme d’Orly est d’ores et déjà effectif. A moyen terme (1 à 3 ans), il est envisagé une reprise par Transavia, les détails restent à peaufiner.

Consulter le programme des vols AIR FRANCE Septembre/Octobre 2020

Trafic commercial sur l’aéroport de Pau Pyrénées interrompu

En raison de la crise sanitaire en cours, le trafic commercial sur l’aéroport de Pau Pyrénées est interrompu et ne reprendra pas avant la fin du mois de mai prochain.

L’aérogare est donc fermée, mais la plateforme aéroportuaire et sa périphérie immédiate restent sous la surveillance de la BGTA (Brigade de gendarmerie du transport aérien), du SSLIA (pompiers – Service de Sécurité et de Lutte les Incendies des Aéronefs), et sous la responsabilité de l’exploitant de l’aéroport, la SEA Air’py.

La piste est néanmoins ouverte, pour les éventuels vols d’urgence tels que les évacuations sanitaires, mais aussi l’activité militaire (hélicoptères du 5ème RHC et du 4ème RHFS) à l’exception toutefois des vols d’entraînement de l’ETAP (parachutistes), et certains vols spécifique comme ceux de la base de la sécurité civile.

Inauguration de la nouvelle tour de contrôle

L’opérateur de la nouvelle tour de contrôle est l’« Organisme Pyrénées », une émanation du Service de la Navigation Aérienne de la Direction générale de l’aviation civile.

Il gère l’approche (4 500 m jusqu’au sol), au départ et à l’arrivée, du trafic aérien sur Pau Pyrénées et Tarbes Lourdes (plus d’un million de passagers par an), mais aussi en partie pour l’aéroport de Biarritz (sauf approche de nuit), la base militaire de Mont de Marsan, le trafic de transit (espace aérien), de et vers Toulouse et Auch.

La Tour de contrôle de Pau : un peu d’histoire

1. AVANT la création de l’organisme Pyrénées

ancienne tour érigée en 1957 avec une simple radio (souvent en panne !) et des feux à éclats pour autoriser les aéronefs à atterrir ou décoller. Service Météo au pied de la tour avec un simple bureau de piste.

1960 : sur-élévation de la tour et apparition du goniomètre (donne le cap pour valider la position aux pilotes), arrivée des balises « PU » (Papa Unité) et « PO » (Papa Oscar) pour l’approche (visibilité à 800 mètres) et quelques frayeurs pour l’aéropostale de nuit (remises de gaz en urgence)

Apparition du contrôle aux procédures (espacements, priorités d’approche).

Années 70 : révolution de l’ILS (Instrument Landing System) – atterrissage aux instruments, qui s’est perfectionné depuis avec le guidage tous temps

Mise en place et perfectionnement progressifs de l’éclairage diurne et nocturne.

1984-1985 : le DGAC installe un radar à Pau : sécurité et capacité accrues

1995 : construction de la nouvelle aérogare, extension des locaux de la DGAC, et plus tard de la BGTA (Brigade de gendarmerie du transport aérien)

Figures emblématiques de cette épopée : les commandants d’aérodrome M. CORTEGGIANI, puis M. MULLER, M. DULAC en 1981, M. COSTE (« directeur » d’aérodrome), M. SAVOYE dernier en date, dont la maison de fonction a été rachetée et réhabilitée par le SMAPP (comme 3 autres maisons de fonction de la DGAC) pour être relouée.

Entre temps, la DGAC a connu des évolutions. Au sein du Service de la Navigation Aérienne – Sud-Ouest, c’est l’organisme « Pyrénées » dirigé par Sébastien BARJOU qui gère les centres de contrôle d’approche et de tours de Pau et Tarbes, qui ont des pistes orientées perpendiculairement, et des espaces aériens contraints (relief des Pyrénées au Sud, zones militaires au Nord)

2. APRES la création du centre de contrôle d’approche unique : novembre 2015

  • qualification croisée des contrôleurs de navigation aérienne : une quarantaine d’ingénieurs contrôleurs bi-qualifiés sur les deux aéroports (Pau et Tarbes)
  • 74 agents au total : contrôleurs, techniciens, services administratifs et encadrement
  • changement des procédures (arrivée technologies satellite) : mars 2016
  • Contrôle d’approche H 24, 7 jours sur 7

Construction de la nouvelle tour (2014 – 2018) : basculement le 16 octobre 2018 de l’ancienne vers la nouvelle

  • 32 m de hauteur
  • Vigie 3 fois plus importante que la précédente
  • Equipements nouveaux radio téléphone : échanges pilotes – contrôleurs et avec les centres de contrôle proches
  • Meilleure visualisation des vols à vue et aux instruments dans l’espace aérien contrôlé par la tour, et des voies de circulation et de stationnement

Aéroport Pau Pyrénées équipé atterrissage tout temps (ILS cat III) : plus de 50 déroutements traités en 2018.

Trafic Pau Pyrénées : 40% militaire (20 000 mouvements), 40% aviation générale (affaires, loisirs – 20 000 mouvements) et 20% commercial (10 000 mouvements – lignes régulières, charters)

  • 2/3 du trafic en VFR (vol à vue – aviation légère et loisirs) : 70 000 mouvements
  • 1/3 trafic en IFR (vol aux instruments – vols commerciaux et affaires) : 30 000 mouvements

Activité militaire majeure : plus importante base d’hélicoptères d’Europe (5ème RHC – hélicoptères de combat et 4ème RHFS Forces spéciales – Tigre, Super Puma, Caracal, bientôt Caïman), 1ère école de parachutisme militaire en France (ETAP – troupes aéroportées)

Pau Pyrénées : aéroport à vocation prioritairement affaires :

Présence de grands comptes – Total, Safran, Euralis (…) – activité sur Pau liée à ces entreprises, mais surtout dépendante du groupe Hop Air France (+ de 90% du trafic commercial)

Enjeu de diversification pour Pau Pyrénées – diversification des compagnies aériennes implantées, diversification des clientèles (affinitaires, tourisme, loisirs, PME-PMI, étudiants et jeunes, etc), diversification des destinations en France (succès des nouvelles lignes radiales saisonnières (Brest, Lille, Caen, Strasbourg) et surtout objectif de diversification sur l’Europe du nord.

Le Syndicat mixte propriétaire de l’aéroport, expression des habitants et collectivités du Béarn – 377 000 habitants – se dote d’une stratégie de développement de sa destination vers ces clientèles tourisme loisirs :

Exemples : actions de promotion « en bout de ligne » avec les acteurs du tourisme (Agence d’attractivité et offices de tourisme), avec le délégataire exploitant, en appelant les compagnies à ouvrir de nouvelles dessertes sur les bassins émetteurs de clientèles : Royaume Uni (même si incertitudes liées au Brexit), Belgique, Pays Bas et Allemagne.

L’aéroport de Pau Pyrénées, un écosystème riche et diversifié :

L’exploitant Air’py (150 salariés), l’aviation civile (DGAC), la gendarmerie du transport aérien (BGTA), les Douanes, les pompiers (SDIS), Météo France, la Sécurité civile, le PGHM, l’essencier (Air BP), les entreprises de maintenance et de services aéronautiques et aériens (Héli Béarn, Héli Union, Locavions, Safran), les aéroclubs, les commerces (Lagardère Travel Retail – 2 boutiques, 1 restaurant, 2 restaurations rapides), les loueurs (Europcar, Hertz, Citer, Sixt, Avis), les logisticiens (DHL, Partnair, Dimotrans)… et bien sûr les entités de l’Armée, utilisatrice de la plateforme et de ses infrastructures (piste, parking cargo « Antonov », taxiways)

Le Service de Navigation Aérienne est un acteur et un partenaire clé de la plateforme ; elle ne peut fonctionner sans sa présence et son expertise.Le très bel équipement qu’est cette nouvelle tour et les compétences professionnelles de ses équipes sont un gage de l’intérêt que porte l’Aviation civile à cet aéroport, gage de sa pérennité aussi sans doute. Le Président du SMAPP l’a rappelé dans son allocution inaugurale à l’adresse des dirigeants de la DGAC qui ont fait le déplacement pour l’occasion, et au parterre d’invités présents le 13 février dernier : le Syndicat mixte propriétaire de l’aéroport Pau Pyrénées, sensible et attentif à ce signal fort donné par la DGAC en direction de la plateforme aéroportuaire et de son territoire saura relever le défi et se montrer à la hauteur d’une ambition qui fédère les élus et décideurs du Béarn, près de 380 000 habitants pour qui, et dans toutes ses composantes socioéconomiques, l’aéroport est un équipement indispensable à son développement et à la mobilité de ses citoyens.


télécharger la présentation de la DGAC

Programme d’investissements du SMAPP

Le SMAPP finance un programme d’investissements complémentaire à celui de l’exploitant de l’aéroport, réalisé dans le cadre du Contrat de délégation de service public pour l’aménagement, l’exploitation et le développement de la plateforme.

Les opérations engagées concernent notamment la numérisation (équipements Wifi, vidéo-projection, écrans tactiles, etc) de l’aérogare, des salles de réunion, l’équipement et l’aménagement du salon d’aviation d’affaires, la mise en conformité sécurité incendie et accessibilité de l’étage de l’ancienne aérogare, la remise en état du réseau d’eau chaude, l’acquisition et la réhabilitation des logements de la DGAC à vocation locative.

Ces opérations sont pour partie réalisées, d’autres en cours ou à l’étude, comme la réaffectation des locaux (ancienne tour de contrôle et bureaux) de la Direction générale de l’aviation civile.

L’enveloppe affectée à ces travaux, d’un montant de 1 240 000 € est entièrement autofinancée par le Syndicat mixte propriétaire délégant de la plateforme.

Campagne de communication « en bout de ligne »

Campagne de communication « en bout de ligne »

Une action innovante pour booster le trafic aérien vers Pau

L’Agence d’attractivité et de Développement Touristiques des Pyrénées atlantiques, Pau Pyrénées Tourisme et le Syndicat Mixte de l’aéroport Pau Pyrénées se sont associés pour mettre en place des campagnes de communication sur les nouvelles lignes aériennes susceptibles de générer un flux d’import touristique vers le Béarn, dans le but de promouvoir la destination et de dynamiser les réservations. Ce groupement de commande coordonné par l’AaDT fonctionnera pour 3 ans avec un budget annuel de 160 000 €. Les bouts de ligne bénéficiant de cette opération sont sélectionnés en fonction de la pertinence du bassin émetteur de clientèles touristiques et des caractéristiques des vols (prix, fréquence, horaire, saisonnalité…).

Embarquement immédiat

Les trois partenaires ont choisi de se faire accompagner par l’agence Léon Travel & Tourism, recrutée par appel d’offre à l’automne dernier. La première campagne a été lancée en décembre 2018 pour soutenir l’ouverture des lignes hivernales HOP ! depuis Brest, Caen, Lille et Strasbourg, ainsi que pour la ligne EasyJet desservant Roissy Charles-de-Gaulle du 4 février au 3 mars 2019. Le choix d’une communication 100% digitale sur Facebook et Instagram a été fait pour affiner le ciblage et optimiser la performance des différents formats de publications. Les contenus visuels, produits par des blogueurs et des influenceurs, permettent de suggérer aux futurs passagers une sélection d’expériences à vivre en Béarn Pyrénées. Le site de la campagne www.pau-bearn-pyrenees.com leur donne déjà toutes les bonnes idées pour déconnecter !

Cette opération est reliée sur le site et page d’atterrissage suivants :

     

Plan de servitudes aéronautiques

Le PSA (Plan de Servitudes aéronautiques) est une démarche visant l’élaboration d’un document prescriptif et opposable aux tiers sur une période longue (10 à 20 ans voire davantage) dont la vocation est :

  • en matière de sécurité aérienne, d’assurer la protection de l’aérodrome contre l’érection d’obstacles qui seraient de nature à menacer la sécurité de l’exploitation lors des phases d’atterrissage et de décollage
  • en matière de développement, de protéger et d’assurer le développement des infrastructures aéroportuaires

Le document joint détaille la démarche que la Direction Générale de l’Aviation Civile (Direction de la Sécurité de l’Aviation Civile du Sud Ouest) a demandé au SMAPP de conduire pour actualiser le PSA existant (arrêté ministériel) du 24 septembre 1991.

Passage de l’Antonov 124

L’aéroport est un partenaire clé de l’Armée, de notoriété publique pour être une école de parachutisme renommée (ETAP), la 1ère base d’hélicoptères en Europe avec le 5ème RHC, le 4ème RHFS, les projets d’extension qui permettront d’accueillir de nouvelles escadrilles dont le Caïman (NH 90).

A fréquence régulière, 2 fois par mois en moyenne, c’est un avion cargo (fret) de type Antonov 124 qui vient se poser pour emporter ou ramener du matériel, des appareils, de l’armement, sur les théâtres de conflit, au Proche Orient ou en Afrique par exemple.

Airbus A 330 « Cotam »

Les régiments hyper spécialisés et entraînés des troupes aéroportées ou de l’aviation légère de l’armée de terre atterrissent et décollent aussi sur l’aéroport de Pau Pyrénées, en partance vers ces destinations de conflits ou de retour dans leurs foyers.

L’Armée, un acteur de premier plan sur l’aéroport et pour l’économie locale

Les différentes composantes militaires présentes à proximité immédiate de l’aéroport et primo-utilisateurs de la plateforme, avec environ la moitié de l’ensemble des mouvements (décollage et atterrissages) représentent un atout indéniable.

L’Ecole des Troupes Aéroportées (ETAP), le 5ème Régiment des Hélicoptères de Combat, le 4ème Régiment d’Hélicoptères des Forces Spéciales sont des fleurons de la Défense nationale. Omniprésents et confortés sur le site, ils sont amenés à se développer avec l’arrivée annoncée des hélicoptères NH 90 « Caïman » et un programme de travaux (75 M€ sur 3 ans, sur 8 ha, plus de 18 000m² de locaux + infrastructures aéronautiques) qui ne manquera pas d’apporter de l’activité aux entreprises locales.

Sous l’autorité du Général de Division Brethous, Commandant de la Base de Défense, Délégué Militaire Départemental qui a autorité sur des unités basées dans les départements de la Gironde, des Landes, des Hautes Pyrénées et des Pyrénées Atlantiques, ce sont sur Pau – Uzein – Sauvagnon, en résumé :

  • Deux régiments d’hélicoptères : le 5ème RHC et le 4ème RHFS ;
  • Un état-major à dominante aéroportée et aéro-combat : le Commandement des Forces Spéciales Terre ;
  • Une école de formation : Ecole des troupes aéroportées ;
  • Un groupement de soutien de la base de défense de Pau – Bayonne – Dax – Tarbes

Ces cinq entités de l’armée de Terre regroupent 2 500 personnes (environ 2 000 pour le seul site de Pau), utilisateurs permanents de la plate-forme aéroportuaire pour la pratique du saut en parachute militaire et la mise en place (essais, maintenance) d’hélicoptères ou d’aéronefs plus lourds. Dernière illustration en date des effets bénéfiques de cette implantation, l’arrivée sur l’aéroport de la Société Héli-Union (environ 20 emplois) qui travaille exclusivement sur contrat pour l’entretien des hélicoptères militaires (environ une centaine) basés sur site.

Une présentation publique disponible sur notre site donne une idée du poids économique que pèse cette présence en Béarn, en termes d’emplois, de pouvoir d’achat et de consommation, on a tendance à l’oublier, à côté des grands comptes que le territoire est à juste raison si fier d’avoir (Total, Téréga, Arkema, Toray, Abengoa, Safran helicopter engines et landing systems – ex-Turbomeca et Messier Dowty, Euralis, Lindt, Fromagerie des Chaumes, Miels Michaud, …)